Association internationale des sociologues de langues française Association internationale des sociologues de langues française

Version imprimable

Offres ->>> Appels à communications

Croiser genre et classe. Objets, méthodes, perspectives

6 mars 2017

Dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à l’université de Lausanne du 9 au 10 novembre 2017 (dates à confirmer), un appel à communications est lancé sur le thème « Croiser genre et classe. Objets, méthodes, perspectives ».

Date limite de proposition : 6 mars 2017

Thématique

Penser un rapport social empêche-t-il d’en envisager un autre ? Comment les sciences sociales peuvent-elles appréhender ensemble le genre et la classe ? Dans le champ des études féministes et des études de genre, de nombreux travaux se sont attelés à ces questions, abordées sous l’angle de leurs enjeux épistémologiques et politiques et/ou des difficultés méthodologiques et empiriques qu’elles soulèvent. Différentes conceptualisations se sont ainsi succédées, voire coexistent aujourd’hui, pour rendre compte de la multiplicité et de « l’imbrication » des rapports sociaux qui structurent les relations et le monde social.

Prenant acte de l’évolution récente des débats, le présent colloque entend porter le regard plus particulièrement sur l’imbrication du genre et de la classe, que cette imbrication soit pensée comme celle de deux rapports sociaux ou comme l’articulation de deux catégories d’analyse. L’intention est d’approfondir sous différents points de vue – empiriques, méthodologiques et théoriques – les façons dont le genre et la classe forment deux « régimes d’inégalités » en étroite et permanente interaction, et sont inscrits dans des processus de « co-construction ». Sans nier l’intérêt des approches qui se concentrent sur l’analyse du genre – entendu comme rapport social et/ou rapport de pouvoir –, au sein d’une classe – entendue comme groupe social (ex. la « classe populaire ») –, le colloque souhaite privilégier les communications interrogeant en priorité la question de la coproduction des hiérarchies sociales, des inégalités et des rapports de pouvoir.

Il s’agit de mettre au centre de ces journées la question de l’articulation entre genre et classe, en partant du constat de son délaissement relatif dans le champ du féminisme et/ou des études de genre. Celui-ci peut s’expliquer historiquement par le rapport de force engagé pour penser et faire voir le genre comme une catégorie non soluble dans la classe, à un moment où le paradigme marxiste prédominait.

L’objectif de ce colloque est donc de mettre en lumière cette imbrication spécifique, d’en interroger les enjeux contemporains aux niveaux théoriques et méthodologiques, et de tester sa pertinence pour penser le monde social dans des domaines tels que le travail, les mouvements sociaux, les pratiques culturelles, l’éducation ou encore les subjectivités. Cette centration principale sur deux rapports sociaux et catégories d’analyse n’exclut pas de s’intéresser à d’autres rapports sociaux et catégories d’analyse et de penser la manière dont ceux-ci sont également opérants, qu’il s’agisse de la racialisation, de la sexualité ou de l’âge, par exemple.

Les communications pourront s’inscrire dans les questionnements et axes de réflexion suivants :

  1. Axe « Vie publique, vie privée » ;
  2. Mouvements sociaux ;
  3. Subjectivités ;
  4. Pratiques culturelles et éducatives ;
  5. Questions méthodologiques.

Modalités de soumission

Les propositions de 3000 à 4000 signes sont à envoyer avant le 6 mars 2017 à l’adresse suivante.

Télécharger l’appel complet