Association internationale des sociologues de langues française Association internationale des sociologues de langues française

Jeudi 23 mars 2017, 01h14

Source : http://www.aislf.org/spip.php?article3302

INterDISCIPLINaritE 31 mars 2017

Dans le cadre d’un colloque qui se tiendra à Bordeaux du 27 au 29 juin 2017, un appel à communications est lancé sur le thème de l’interdisciplinarité.

Date limite de proposition : 31 mars 2017

Thématique

Les tentatives de penser l’interdisciplinarité, de la pratiquer et de la promouvoir ne
manquent pas au vu de la littérature abondante sur le sujet et de la multiplication des appels d’offres la mentionnant comme critère déterminant d’évaluation des projets. Cette prolifération tend à ériger un terme (une pratique ? un objectif ? un idéal ?) au rang d’évidence, au point que ses utilisateurs ne cherchent plus à la questionner. Pourtant, l’interdisciplinarité recouvre des définitions, des pratiques, des relations et des rapports de force extrêmement différents en fonction des acteurs et des points de vue. Ainsi, et pour caricaturer quelque peu, les sciences sociales répèteront à l’envi qu’elles sont placées dans une relation de servitude à l’égard des sciences du vivant, qu’elles sont instrumentalisées a posteriori pour résoudre des problèmes qui auraient dû être identifiés et analysés en amont. Les sciences de la vie et de la nature argueront quant à elles du manque de « scientificité » des sciences humaines, de l’inadaptation de leurs méthodes et de leurs outils. Des analyses scientométriques charitables montreront, co-citations à l’appui, que l’interdisciplinarité existe dans la littérature scientifique, qu’elle se situe aux environs de 20% (mais de 20% de quoi exactement ?), quand des philosophes et des anthropologues seront intégrés à des laboratoires de sciences du vivant et lorsque des centres de recherches fonderont leur action sur une pratique institutionnalisée de l’interdisciplinarité. L’interdisciplinarité sera tantôt vantée pour ses capacités à réduire les angles morts propres aux approches disciplinaires (theory-driven), ou décriée pour sa superficialité ou son manque de rigueur.

Quoi qu’il en soit, l’interdisciplinarité ne laisse pas indifférent, et pose de réels problèmes pratiques à l’ensemble de la communauté des chercheurs. Ce colloque a donc pour objectif de réunir des chercheurs de différentes disciplines afin de proposer une réflexion multidimensionnelle sur la question de l’interdisciplinarité.

Plusieurs questions sont à explorer. Nous proposons par exemple de nous questionner sur la façon dont les chercheurs, confrontés à la demande de plus en plus pressante de travaux interdisciplinaires, y répondent. Comment les relations entre chercheurs se constituentelles ? Comment ceux-ci manifestent-ils et promeuvent-ils le caractère interdisciplinaire de leurs projets de recherche dans leurs demandes de financement ou leurs communications ? Comment le justifient-ils ? Quels sont les outils qu’ils mettent en place et comment cela nous renseigne-t-il sur ce que signifie pour eux être interdisciplinaire ? Une recherche interdisciplinaire porte nécessairement sur un objet ou un phénomène donné, qui devient alors commun à l’ensemble des disciplines impliquées ; en conséquence, il s’agit également de s’interroger sur les processus de construction et de circonscription de cet objet/phénomène. Nous faisons ici l’hypothèse que ce processus de construction d’un
objet commun est une étape cruciale pour définir une situation d’interdisciplinarité viable, dans la mesure où il va dans le même temps imposer le choix de cadres théoriques et de méthodes.

Un autre aspect crucial des recherches interdisciplinaires porte sur la traduction/translation et l’articulation des données et des savoirs produits. Ces différentes questions sont bien entendu reliées mais ne se posent pas forcément avec la même acuité en fonction des situations d’interdisciplinarité.

Dans ce cadre, 5 axes seront développés :

  • Frontières et disciplines ;
  • Aspects théoriques de l’interdisciplinarité ;
  • Pratiques de l’interdisciplinarité ;
  • Réflexivité et retour d’expérience ;
  • Politique de la recherche.

Modalités de soumission

Les propositions de communication (300 mots) sont à soumettre aux personnes suivantes avant le 31 mars 2017 :

Télécharger l’appel complet.