AISLF

Appels à communications

Genre et sexualités dans les établissements scolaires : une révolution féministe en cours ?

15 février 2022

Cet appel à communications est lancé pour des journées d’études intitulées « Genre et sexualités dans les établissements scolaires : une révolution féministe en cours ? » qui auront lieu les 17 et 18 juin 2022.

Date limite de soumission des propositions : 15 février 2022

Thématique
La rentrée 2020 a été marquée par une mobilisation très médiatisée des élèves dans les établissements scolaires en France contre les restrictions vestimentaires dont ils et surtout elles font l’objet. Par l’intermédiaire des réseaux sociaux et des hashtags #Lundi14septembre et #balancetonbahut, à rebours des discours dénonçant l’hypersexualisation des adolescent∙es, c’est le regard des adultes qui a été mis en question. Au cours des dernières années, des mouvements similaires se sont déployés au Québec, en Espagne, en Ecosse, en Suisse et en Belgique, portés à chaque fois par des élèves par le biais des réseaux sociaux. Au Québec, ils ont abouti à la mise en place d’uniformes non genrés dans certains établissements. En Argentine, c’est dans le cadre de la lutte pour le droit à l’avortement que des élèves, dans leurs établissements scolaires, ont participé à des débats féministes. Dans cette nouvelle dynamique féministe mondiale, les personnels et les élèves remettent en question l’ordre du genre, la binarité des sexes : des débats sont organisés dans les établissements, des groupes non-mixtes se mettent en place, des initiatives à l’occasion des 8 mars de chaque année sont proposées. Dans le même temps, les enseignant·es renouvellent leurs pratiques, élaborent des contenus favorisant l’égalité des sexes et des sexualités (Pasquier et Richard 2018), les rectorats mettent en place des référent·es Égalité dans chaque établissement1 et le ministère de l’Éducation nationale vient d’introduire la première circulaire « pour une meilleure prise en compte de questions relatives à l’identité de genre en milieu scolaire »

Ces transformations traduisent-elles l’action d’un “féminisme d’État” (Revillard 2016), sinon d’un féminisme institutionnel, ou encore le déploiement d’une « gayfriendlyness » (Tissot 2018) dans l’espace scolaire, ou traduisent-elles une dynamique déjà en cours d’institutionnalisation des causes féministes et LGBTQIA+ ? Quelles sont les conséquences d’une telle institutionnalisation sur “l’espace de la cause des femmes” (Bereni 2012) et sur les espaces de mobilisation à l’école pour les minorités sexuelles et de genre ?

L’ambition de ces journées est d’explorer les dynamiques féministes et LGBTQIA+ et leurs effets à partir de recherches empiriques et de retours d’expérience pour mieux saisir ce qui se joue dans les collèges et les lycées en particulier. Elles donneront également la parole aux organisations syndicales et associatives qui interviennent sur ces questions dans les établissements. Elles s’articulent autour des quatre axes suivants :

  1. Engagements féministes et LGBTQIA+ des acteurs-rices de l’éducation nationale

  2. Renouvellement des dispositifs institutionnels
  3. Éducation et médias sociaux
  4. Circulations internationales des politiques publiques et des résistances féministes.


Voir l’appel complet

Modalités de soumission des propositions
Les interventions proposées pourront revêtir des formats universitaires classiques (de type communication en colloque ou journée d’études), ou bien d’autres formats plus interactifs (à préciser alors). Les propositions de communication (3000 à 4000 signes avec une bibliographie indicative) doivent être parvenues avant le 15 février, à l’adresse suivante : mobilisations.feministes.ecole@gmail.com.


AISLF : Présentation | Statuts | Déclaration d'éthique | Charte des CR et GT | Mentions légales

ASSOCIATION : Bureau | Annuaire | Adhésion | Cotisation | Partenaires | Rédoc | SociologieS

ARCHIVES : Mémoire | Anciens bureaux | Congrès AISLF


AISLF site version 8.0 | © 2013-2022 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF