AISLF

Vient de paraître

Alain Tarrius, Le « marché » des femmes Balkaniques en temps de guerre, coll « Logiques sociales », Paris, L’Harmattan, 2024.

De 2007 à 2019, 47 000 femmes originaires des Balkans se rendirent en Espagne pour des séjours de plusieurs années dans des clubs prostitutionnels légaux. Souvent encadrées de mafias russo-ukrainiennes, dites « du Dniepr », puis italo-albanophones, de Sacra Corona Unita.
À partir de 2013, 17 000 d’entre elles revinrent, souvent accompagnées de familiers, afin d’investir dans des commerces, hôtels, exploitations agricoles. Les dominations mafieuses étaient alors repoussées. La guerre russo-ukrainienne mettait en danger les installations de retour des Ukrainiennes, Moldaves et nord-Roumaines. Des milliers d’entre elles se relocalisèrent près des villes européennes et créèrent d’originales formes prostitutionnelles.
Les frontières devenant plus étanches à l’occasion de la pandémie de la COVID 19, les logistiques de transport se modifièrent vers le recours aux transports maritimes, et vers un nouveau cosmopolitisme : des femmes apparurent dans les groupes de vente en « poor to poor ».

Voir chez l’éditeur

Amain Tarrius est membre de l’AISLF


Mentions légales


AISLF site version 8.0 | © 2013-2024 Jean-Yves Le Talec pour l'AISLF